Le droit d’auteur protège les droits d’utilisation des œuvres d‘art. Dans le domaine de la musique, à côté des droits d’auteur classiques du compositeur, des auteurs de texte et des arrangeurs, cela vaut aussi pour les droits voisins, qui protègent entre autres les droits du musicien quant à ses interprétations également lorsqu’il ne s’agit pas de ses propres compositions, dès lors que celles-ci sont faites en public, enregistrées ou diffusées.

Des recettes des droits d’auteur et des droits voisins peuvent contribuer de manière importante à la subsistance des musiciennes et des musiciens. C’est pour cela que l’USDAM s’engage depuis toujours pour la conservation et l’extension des droits existants. Ainsi l’USDAM était la force motrice qui se trouvait derrière la fondation en 1953 de la Coopérative suisse des artistes interprètes (SIG). Durant les décennies suivantes et avec persévérance, l’USDAM s’est battue, côte à côte avec la SIG, pour l’ancrage des droits des interprètes dans la loi suisse sur le droit d‘auteur (LDA), ce qui ne réussit finalement qu’en 1993 et amena à la fondation de SWISSPERFORM. En tant que membre fondateur de la Fédération Internationale des Musiciens (FIM), l’Union s’est également toujours engagée au niveau international pour la création et le renforcement de la protection de la propriété intellectuelle des musiciennes et des musiciens.

Depuis toujours, l’USDAM est représentée de manière déterminante dans les organes des sociétés de gestion collective, actuellement à la présidence et dans le comité de la SIG ainsi que dans le comité de SWISSPERFORM et dans son groupe d’experts Interprètes de phonogrammes.

Dans une période où se répand une mentalité de gratuité sur internet, tous les artistes sont très fortement incités à sensibiliser les autorités et le public aux préoccupations légitimes dans le domaine de la propriété intellectuelle ; ces acquis ne doivent pas être perdus sans résistance.